Les Boréales 2017



Les Boréales est un festival qui se tient tous les mois de novembre sur Caen et sa banlieue. Il met à l'honneur la culture des pays nordiques et baltiques. Pour ce cru 2017, l'Islande était en tête d'affiche 💗

Je me devais donc d'y aller, d'autant que ma grande copine de lycée a posé ses valises dans le Calvados il y a maintenant 9 ans. On n'a pas tous les jours l'occasion de joindre l'agréable à l'agréable.

J'ai donc pris la direction de la Normandie le samedi 19 novembre en très bonne compagnie. Vous vous souvenez de Carine, avec qui j'avais fait le tour de l'Islande en avril 2015 ? Non ? petit rafraîchissement de mémoire:



Carine est toujours blogueuse auto et pour ce déplacement, elle s'était fait prêter une Abarth 695 Rivale, la classe ! Elle vous en parlera prochainement sur son site En voiture Carine.

Nous devions assister au concert d'Ásgeir le vendredi soir mais une remise de diplômes au même moment est venue compromettre la soirée. Mon fils aîné n'aurait ni eu la mention Très Bien à son Brevet des Collèges, ni obtenu sa certification en allemand, j'aurais zappé. Mais comme il a la tête aussi bien faite que celle de sa maman....😆

Bref, on a raté Ásgeir et j'ai un peu les boules quand même ! Parce qu'Ásgeir, c'est le gars dont on se demande où est le loup. Talentueux, humble, beau gosse, où est le loup ? 




Il a un petit secret. Si ses chansons sont aussi réussies, c'est un peu grâce au papa poète. Les chiens ne font pas des chats, pour rester dans la thématique à poils. Einar Georg Einarsson, le papa poète donc, l'a aidé à écrire les paroles des chansons de son dernier album "Afterglow".

Son nom ne vous dit peut-être rien. Eh bien qu'est-ce que vous ratez ! Il a participé au projet musical "Ísland Songs" du pianiste islandais Ólafur Arnalds, en récitant l'un de ses poèmes sur le titre "Árbakinn". J'en pleure à chaque écoute. Ça reste entre nous.




Bref, j'espère que l'occasion se représentera vite !

Pour me consoler, j'ai erré dans les rues de Caen dès le samedi après-midi. Je suis arrivée un peu tard en ville, mes copines étant trèèèès bavardes, mais j'ai quand même pu profiter de quelques expositions. Je vous aime malgré tout, les filles !

Il n'y a pas UN lieu mais DES lieux dans ce festival. Chaque endroit où une visite est possible est matérialisé par un drapeau "Boréales".

Cette année, il vous faut chercher 3 grâces qui font de la gym sur les icebergs de Jökulsárlón. La ressemblance est frappante avec mes potesses et moi...Il vous reste quelques jours pour les dénicher !





Premier arrêt à l'église St Sauveur qui, "plus qu’un point d’accueil du festival, vous permettra de profiter d’une librairie nordique proposée par l’association Lire à Caen et Profiile, de découvrir le design d’une table scandinave préparée par Laurence du Tilly, de vous réchauffer grâce à la petite cafétéria tenue par les bénévoles du festival mais aussi de découvrir une exposition sur le tricot islandais, concoctée par trIScote" dixit le programme. C'est vrai !





J'aurais bien voulu vous raconter ce qui se passe du côté du musée des Beaux-Arts et à la bibliothèque Alexis de Tocqueville mais on s'est cassé le nez ! Foutue province où tout ferme à 18h 😉

Heureusement, en traversant le château ducal, bim ! sous les chemises de la Finlandaise Kaarina Kaikkonen.




En continuant notre balade sur les quais, c'est avec bonheur que les portes du Pavillon se sont ouvertes pour nous ! Le lieu est ouvert jusqu'à 19h et propose une magnifique exposition consacrée à l'Islande et son architecture. Moins d'une semaine après mon retour de l'île fantastique, ce fut un réel bonheur de pouvoir admirer à nouveau des lieux qui me sont chers.





"Mon" festival s'est terminé en apothéose avec la diffusion en avant-première du film dramatique islandais "Hjartasteinn" en v.o sous-titrée au Café des Images d'Hérouville-Saint-Clair.

"Hjartasteinn" signifie "cœur de pierre" et il faut vraiment en avoir un pour ne pas se laisser emporter par l'histoire. Les acteurs, jeunes ou moins jeunes, sont fabuleux, on rit et on souffre avec eux. Les paysages, la musique, les silences, tout ça crée une atmosphère typiquement islandaise, envoûtante, inquiétante, glaçante. Les plus cinéphiles-islandophiles d'entre vous reconnaîtront certains acteurs de la série "Trapped" ou du film "L'histoire du géant timide".

Plusieurs fois primé lors de festivals, ne vous laissez pas effrayer par les 2h09 de film. On ne les voit pas passer. On en ressort marqué, il faut un peu de temps pour reprendre le cours de sa vie mais là est la magie du cinéma quand il s'agit de chef-d'œuvre. Sa sortie nationale est prévue le 27 décembre 2017.





Les Boréales se terminent le 26 novembre et tout le programme est ici. Góða skemmtun ! Amusez-vous bien !