Comme d'habitude


Samedi 05 août 2017


Ça devient une habitude ! À chaque fois que j'arrive en Islande, je commence par la péninsule de Reykjanes.

Pour ce septième retour, les amis qui m'accompagnaient n'y ont pas coupé ! Comme lors de ma dernière escapade sur ce bout de l'île en avril 2015, j'ai donc de suite pris la direction du pont entre 2 continents, où se rencontrent les plaques tectoniques eurasienne et américaine, avant de m'arrêter à la source chaude Gunnuhver.


Miðlína, le pont entre 2 continents

Gunnuhver


Pour varier les plaisirs, j'ai cette fois poussé jusqu'à Reykjanesviti, le phare situé juste derrière la colérique Gunna qui crache et fulmine toujours autant. 


Gunna


Reykjanesviti, c'est le plus ancien phare de l'île et les falaises environnantes parleront instinctivement aux amoureux du groupe de post-rock Sigur Rós. Eh oui ! C'est ici que sont tournées les 2 dernières minutes du clip "Glósóli" ❤


Valahnúkur
Reykjanesviti








 


L'accès à la falaise nommée Valahnúkur semblait fermé par une chaîne mais un autre chemin est dessiné quelques mètres derrière et donne sur des marches aménagées. ???




On reproche souvent aux touristes en Islande de ne pas respecter les consignes mais parfois, elles ne sont vraiment pas explicites. Il y a gros un effort à faire de leur part de ce côté là, au moins quelques lignes en anglais, s'ils ne veulent pas voir leur île ravagée.

Bref, c'est sans sortir du chemin et en m'arrêtant aux cordons de sécurité à son sommet que j'ai pu admirer la vue sur le sud-ouest de la péninsule et sur l'île d'Eldey au large, qui abrite la plus grande colonie de fous de Bassan au monde.




La faim commençant à se faire sentir, j'ai décidé d'un arrêt au N1 de Grindavík.

N1 est une chaîne répartie un peu partout sur le territoire qui fournit snacks, essence et pipi room. Toujours pratique et surtout adapté aux petites bourses. Pour l'équilibre alimentaire, on repassera par contre.

Le soleil brillant toujours de mille feux après le déjeuner, vite ! allons voir les couleurs du lac vert Grænavatn. Trop tard, c'est déjà couvert à notre arrivée, 30 minutes à peine après...J'avais oublié à quel point la météo changeait vite sur l'île fantastique. C'est beau quand même, hein ?!


Grænavatn 


J'en ai profité pour emmener la troupe jusqu'à la zone géothermique de Seltún, à 1 kilomètre au nord du lac de cratère Grænavatn.

Seltún, je connais par cœur. Je ne vais pas dire que je m'en lasse (en fait, si) mais les autres sites géothermiques de Mývatn ou de Hveravellir sont quand même vachement plus impressionnants....Si vous êtes de passage express sur l'île, c'est toujours intéressant d'aller observer ses solfatares, ses fumerolles et ses couleurs martiennes.

Je préfère néanmoins admirer Fúlipollur, une énorme mare de boue située juste en face de Seltún, en reprenant la direction de Grænavatn. Curieux que personne ou presque ne s'y arrête d'ailleurs (ou plutôt tant mieux).


Fúlipollur


Fin d'après-midi, il est temps de sonner le tocsin ! C'est qu'on n'a pas fait les courses et qu'il nous reste encore 2 heures de route avant d'arriver dans notre location à Hrepphólar.

Avant de s'arrêter remplir le caddie à Selfoss, le chef-lieu de la région du Suðurland, on a pu une dernière fois profiter des caprices du ciel de Thulé: soleil, tee-shirt, pluie, k-way, vent, laine puis re-soleil au moment de découvrir la maison de Jón, où nous avons élu domicile pour la semaine.

Quant à mon amie qui avait peur d'avoir froid pour ce voyage initiatique en terre de glace, elle a eu (trop) chaud pour sa première journée (la relou). C'est l'Islande, quoi. Une terre relou.


J'ai chaud, je me la pète, ça dure jamais en Islande
"Ploleil", quand tu sais pas trop si le soleil ou la pluie gagne






La rivière Ölfusá à Selfoss
Chez Jón à Hrepphólar
💕 Tellement islandais 💕
Cuisine avec vue




Le mot "jardin" prend tout son sens en Islande 



*****



A suivre: la piste de Kjölur et le site Hveravellir


Kjölur et sa route 35