Lanzarote, l'autre île noire (épilogue)



16 au 22 août 2015: dernière semaine sur Lanzarote


Le temps passe à une vitesse en vacances ! Heureusement, l'île n'est pas grande (60km de long sur 25 de large) et j'ai donc eu le temps de voir tout ce que je voulais les 7 premiers jours.

Cette deuxième semaine a donc vraiment ressemblé à des vacances (selon la définition de mon fils aîné). Pas forcément ce qui me fait vibrer mais ça fait du bien de vivre lentement des fois.

J'ai quand même réussi à caser une balade aux Jameos del Agua. C'est un énorme tunnel de lave formé par l'éruption du volcan de la Corona tout proche, qui a été aménagé par César Manrique, artiste natif de l'île qui a su conserver l'authenticité de Lanzarote. 


Jameos del Agua


Si l'île est aussi belle, c'est grâce à cet homme ! Il a réussi à faire perdurer le mode de construction traditionnelle et interdire les panneaux publicitaires.

Dans cet endroit unique que sont les Jameos del Agua, vous pouvez manger dans un restaurant à ciel ouvert, admirer des crustacés phosphorescents d'une autre époque ou assister à un concert dans une cavité à l'acoustique excellente !


Crabounets magiques en premier plan


Un auditorium bien original


Ces tubes volcaniques abritent également un petit musée dédié aux volcans des Canaries, et plus généralement au volcanisme dans le monde. L'Islande est évidemment en bonne place :)

Les différentes couleurs de sable de l'île y sont exposées et l'on se rend compte à quel point Lanzarote est une oeuvre d'art géologique !




En parlant de plage, celle où nous avons passé le plus de temps la dernière semaine est celle de Los Pocillos. Elle a plu à mes enfants parce qu'il y a des vagues pour s'y amuser et malgré sa proximité de Puerto del Carmen, l'une des stations balnéaires les plus connues de Lanzarote, je l'ai trouvée assez tranquille.






Et les derniers jours se sont donc écoulés entre baignade et balade dans la campagne ou sur la plage....bonheur !

                               

   


Mon prochain combo plage/volcan se déroulera en Martinique cet hiver. Ce n'est pas moi qui ai choisi la destination: ma vengeance nordique sera donc terrible en 2016.

Heureusement, en attendant de pouvoir remettre les pieds en Scandinavie, de nombreux artistes vikings sauront me faire patienter: j'ai ouï dire qu'Agent Fresco, Júníus Meyvant, Hermigervill et Sóley (entre autres) seront en France très prochainement ;)

16/09/15: RECTIFICATIF !!!! L'Islande me manque trop alors sur un coup de tête, j'ai décidé d'y retourner début décembre avec ma copine Caroline. Et merci à Magnús de islande.is de m'héberger pour 3 nuits (prions les dieux nordiques que les aurores boréales soient au rendez-vous !)


Lanzarote, l'autre île noire (part. VII)



Samedi 15 août

Petit périple à l'ouest, entre El Golfo et les salines de Janubio:


Les salines de Janubio

El Golfo


Si vous êtes fans de jolies couleurs et de "taillage de route" à la Thelma et Louise, cette partie de l'île est pour vous !





Les volcans sont décidément des artistes ! 





Petite info pratique, je n'ai rien vu de fermé en ce 15 août et j'ai même eu un dîner fabuleux au Barstro à Nazaret.

Le service est impeccable et les plats proposés sont délicieux et très originaux. Le restaurant se voit à peine depuis la route, c'est pour ça que j'en fais la pub ! L'une des meilleures adresses de l'île pour les gourmands à mon avis ! Je salive rien qu'en écrivant ces lignes......


Lanzarote, l'autre île noire (part. VI)



Vendredi 14/08/15

Aujourd'hui, volcan !

J'avais très envie de découvrir les Montagnes de Feu de Timanfaya, mais tout ce que j'avais lu dessus m'a moyennement fait rêver.

Cette partie de l'île est un parc national qui ne se découvre qu'en bus ou en dromadaire. Le bus ne s'arrête pas lors de sa boucle et la balade à dos de dromadaire est apparemment un bon attrape-touristes.

Cela ne retire en rien à la beauté des "Montañas de Fuego", qui sont restées en éruption de 1730 à 1736, recouvrant ainsi les 1/5 de l'île et donnant à Lanzarote ses couleurs martiennes. On se croirait presque au pied de la montagne Námafjall en Islande !


Las Montañas de Fuego


Mais j'ai préféré les admirer de loin et m'approcher d'un autre volcan moins fréquenté: El Cuervo ! 


El Cuervo


En prenant la route des vignobles de la Geria, ce volcan se trouve quelques kilomètres après avoir emprunté la LZ-56, derrière le panneau "Municipio de Tías".


La Geria


Un petit parking gratuit est situé sur le bord de la route. La promenade autour du volcan est plate et donc assez facile, malgré le vent parfois très fort.




Il faut compter une bonne heure si vous vous contentez d'une marche rapide, un peu plus si vous prenez le temps de lire les panneaux et d'entrer dans le coeur du volcan.


Dans le cratère d'El Cuervo


Vous êtes entourés d'une mer de lave et bénéficiez d'une vue privilégiée sur les fameuses Montagnes de Feu citées plus haut.


Les Montagnes de Feu vues d'El Cuervo


J'y ai passé une partie de la matinée, avant de prendre la direction des plages du Papagayo au sud de l'île.

Mais avant d'aller buller sur les plus belles étendues de sable de l'île, dixit les guides touristiques, arrêt "fish and chips" (local, hum...) à Playa Blanca. Cette ville n'a aucun intérêt ! Si un jour vous me voyez passer mes vacances à faire l'aller-retour entre la piscine de l'hôtel et la plage, c'est qu'on m'aura payée pour !

Les plages du Papagayo sont par contre magnifiques. Il faudra vous acquitter d'un péage à 3 euros pour y accéder avec votre voiture mais ça les vaut largement !





Ces plages (playa Papagayo, playa Mujeres, playa del Pozo, playa Puerto Mueles) sont situées dans le parc national de Los Ajaches. Le cadre est sauvage et la route...défoncée !




Après 10 minutes cahotiques, vous garez la voiture sur le parking de votre choix et là, c'est juste le bonheur !




Pour avoir "testé" ces plages à plusieurs reprises, je vous conseille d'y aller en fin de journée, vers 18h00. Il y a beaucoup moins de monde et le soleil est encore chaud l'été à cette heure-là. C'est un vrai régal que de s'y baigner. Un restaurant est ouvert sur les hauteurs de la plage du Papagayo. Il n'y a rien d'autre sur les autres plages donc n'oubliez pas le pique-nique ! 






Lanzarote, l'autre île noire (part. V)



Mercredi 12/08/15

Quand je suis à l'étranger, j'aime explorer à fond le pays, pour ne pas revenir avec un horrible sentiment de frustration.

Alors pour ce quatrième jour sur l'île de Lanzarote, j'ai fini de découvrir la côte nord.





Mes hommes et moi avons passé l'après-midi à Famara, un repaire de surfeurs. L'endroit est majestueux: des montagnes déchiquetées par l'érosion se jettent dans la mer et les habitations se protègent tant bien que mal du vent, cachées dans les dunes.






Il ne manquerait plus qu'un ballot de paille traverse la route ou qu'un squelette d'animal trône à l'entrée de la ville pour se croire au Far West !




Le vent y est vraiment très fort et se prendre le sable dans la tronche n'est pas toujours agréable. Ca m'a rappelé cette fois en Islande avec mon amie Carine, sur la plage de Reynisfjara !

La baignade était interdite ce jour-là à Famara et seuls ceux équipés de planches osaient défier l'Atlantique. Quelques inconscients jouaient quand même dans les vagues - et plusieurs noyades sont malheureusement à déplorer chaque année...Ça n'est pourtant pas comme s'il n'y avait pas de drapeau rouge à l'entrée de la plage !





Pour reprendre nos esprits, chahutés par Eole, nous sommes remontés en voiture et avons roulé un peu au hasard. Le but du jeu ? Emprunter des pistes désertes, histoire de faire monter l'adrénalinomètre et d'en prendre plein les mirettes.




Pari réussi !










Jeudi 13/08/15


Euh....le mec du Petit Futé qui a écrit qu'il ne pleut jamais à Lanzarote de mai à octobre, eh bah il dit que des conneries ! J'en ai profité pour finir de lire le tome 3 de "1Q84" de Murakami et attaquer "Le Sang d'Odin", polar islandais d'Óttar Martin Norðfjörð. C'était la minute culturelle. Bouleversifiant.



Lanzarote, l'autre île noire (part. IV)



Mardi 11/08/15


Ce matin en me réveillant, j'ai pris la décision de faire toutes les routes du nord jamais empruntées depuis l'arrivée. Et bim ! Los Valles, Haria et l'île de la Graciosa:


Los Valles

La Graciosa

Haria


La boucle est superbe ! On passe par des routes sinueuses dans la montagne puis dans des champs de lave désertiques.


Risco de las Nieves

Malpais de la Corona


Chaque point de vue est différent et cette partie de l'île est un paradis pour ceux qui aiment les curiosités géologiques. Et en plus, il y a de très belles plages sauvages ! 


Los caletones


Sable blanc, rochers de lave et mer turquoise, c'est mon Lanzarote à moi !