Sa Majesté des mouches




Tournicoti, tournicoton ! Après 5 heures de route sinueuse dans les somptueux fjords de l'Est, Carine et moi sommes arrivées dans la région de Mývatn par le nord-est, et donc via les chutes d'eau de Dettifoss.


Cette cascade est la plus puissante d'Europe et a servi de cadre pour la scène d'ouverture du film Prometheus.

S'y rendre a été bien plus périlleux que lors de ma première fois en juillet 2013. De la neige et des blocs de glace !




Garées sur le parking, nous avons rencontré quelques touristes et pour une fois, j'étais ravie de ne pas être seule. Je n'ai absolument rien reconnu avec ce blanc à perte de vue ! On a suivi les rares courageux qui s'aventuraient sur un chemin hasardeux. De toute façon, depuis le parc de stationnement, les chutes sont toujours tout droit, c'est pas compliqué. Et puis c'est pas comme si on n'entendait pas le tumulte de l'eau....




Notre hébergement, Dimmuborgir Guesthouse (à éviter si vous aimez les établissements avec du charme), étant situé sur les rives du lac Mývatn, nous avons continué notre chemin sur la route N°1, non sans faire un dernier arrêt sur le site géothermique Hverir.






Aucun repas n'étant proposé dans l'hébergement que nous avions loué, nous avons passé notre première soirée dans la chaleureuse auberge Gamli Bistro et la deuxième au café Vogafjós, dont les produits du menu sont issus de la ferme. Si vous aimez les gâteaux, vous allez fondre de plaisir...




Bon sinon, je suis sûre que vous êtes toujours en train de vous demander quel est le rapport entre le titre de ce billet, "Sa Majesté des Mouches", et nos 2 journées à Mývatn.

Les noms des sites en Islande signifient souvent quelque chose, littérairement parlant. Eh bien "mý", ça veut dire "mouche" et "vatn", c'est un lac. Donc Mývatn, c'est "le lac des mouches". Pourquoi ? Parce que ça:



Mais rassurez-vous, ça n'est pas tout le temps comme ça non plus. En été, je me souviens que ça bourdonnait effectivement - mais pas dans ces proportions ! - mais le mois dernier, je n'en ai pas entendu un seul, froid oblige je suppose.

Si je devais choisir une saison pour visiter sa Majesté le lac Mývatn, je serais bien embêtée. La lumière de la fin de l'hiver est rasante et la neige adoucit tout. C'est une ambiance très particulière. Le seul hic, c'est que tout n'est pas accessible. On s'est cassé le nez pour approcher le volcan Hverfjall, alors que j'avais fait son ascension facilement en été.




Pareil pour revoir Grótagjá, une source d'eau chaude située dans une grotte, dont l'entrée était recouverte de neige et bien trop glissante pour s'y aventurer. Quant au volcan Krafla, aucune voiture ne pouvait s'y rendre. Heureusement qu'on a vu des choses rigolotes en route pour nous divertir.




On a bien tenté de se consoler en allant aux bains chauds de Myvatn Nature Baths mais il y avait une grève liée à la revalorisation des salaires. On y est retournées le lendemain et y avons passé tout l'après-midi du coup ! Cet endroit est toujours aussi agréable. C'est une version miniature du célèbre Blue Lagoon, situé à côté de Reykjavík, mais dont l'environnement est bien plus impressionnant - et l'entrée surtout beaucoup moins chère (25 euros au lieu de 45 !).




Ces 2 journées dans le nord du pays ont confirmé mon amour pour cette région, malgré les petites déconvenues. C'est vrai que la saison estivale permet de mieux l'explorer et d'admirer les couleurs cuivrées de ses paysages martiens, mais il y a en hiver ce petit quelque chose dans l'air qui rend le voyage inoubliable....






*****