La la la


Envie d'écouter des titres en islandais pour avoir le plaisir de chanter en yaourt ?! I show you (les fans du "Péril Jeune" comprendront)






Voici ma sélection, sans ordre particulier :


Ylja - "Á rauðum sandi"



 Ólöf Arnalds - "Innundir Skinni" 



Ásgeir - "Leyndarmál"

  

Samaris - "Góða tungl"



Et pour ceux qui ont plus de 18 ans (on voit des zizis sur la vidéo), voici ma chanson préférée pour chantonner porte nawak à tue-tête ! La la la la la la......

Sigur Rós - "Gobbledigook"



Allez, comme dirait le groupe múm "Sing along to songs you don't know" ! :)



L'éternelle oubliée


Quelle injustice ! Quel gâchis ! Quelle grossière erreur !

Pourquoi, en atterrissant à l'aéroport international de Keflavík, les voyageurs traversent-ils la péninsule de Reykjanes à toute allure pour rejoindre Reykjavík, ou ne s'arrêtent en route qu'au spa du Blue Lagoon ?

Cette partie de l'île est l'une de mes préférées ! Les paysages y sont incroyables alors qu'on ne se trouve qu'à quelques kilomètres de la capitale !

En quittant l'aéroport, prenez la direction de Reykjavík et, 10 minutes après, tournez à droite en direction de Grindavík via la route 43.

Reykjanes, la "péninsule des fumées", porte bien son nom. Au loin s'échappent les vapeurs de l'usine géothermique de Svartsengi, celle-là même qui alimente les eaux chaudes du Blue Lagoon (ne cherchez pas le Blue Lagoon sur les panneaux au fait, mais "Bláa Lónið"). Les champs de lave refroidis s'étendent à perte de vue et la couleur de l'eau est difficile à décrire : on dirait qu'on a mélangé du lait avec du bleu tropical. On y fait des photos superbes avec tous ces contrastes !




Si c'est votre première fois en Islande, n'y ratez pas la trempette malgré le prix qui pique (à partir de 35 euros). Le site est magique et s'y baigner est un délice. Après, c'est clairement un lieu touristique. Pas forcément ce qu'on recherche quand on va en terre de glace.

 


En continuant tout droit, vous arrivez dans le petit village de pêcheurs de Grindavík, idéal pour une pause-déjeuner moins exorbitante qu'au Blue Lagoon : bons petits plats maison et jolie vue sur le port au restaurant Veitingahusid Bruin. Les établissements islandais ne payent pas de mine de l'extérieur, ne vous y fiez pas et poussez la porte !




Ce que je préfère à Reykjanes, c'est quand la route asphaltée se transforme en un vulgaire chemin de poussière ! Ca reste carrossable, même avec une petite voiture (en tout cas l'été. Info à vérifier en hiver). Ma route préférée est la route 42, celle qui longe Kleifarvatn et Krýsuvík.




Je suis sûre que les fidèles lecteurs d'Arnaldur Indriðason savent déjà ce qui se cache derrière le nom Kleifarvatn. Eh oui, c'est bien le lac de "L'Homme du Lac" ! Sable noir, eau grise, fumerolles dans la montagne, vent à décorner un faune, terre soulevée par des trolls (ayé, j'divague), etc...cet endroit est fantasmagorique à mes yeux.






Quant à  la région de Krýsuvík, c'est un peu ze place-to-be pour les amateurs de zones géothermiques. Comparé au site de Hverir, au pied de la montagne Námafjall au nord du pays, le site de Seltún est tout petit. Il offre néanmoins de belles et nombreuses curiosités liées au volcanisme: solfatares, mares bouillonnantes, forte odeur de soufre, jolis dégradés de couleurs, etc...






Pour cette troisième fois en Islande, qui arrive dans un mois, je ne ferai une fois de plus pas l'impasse sur Reykjanes ! Je vais juste varier les plaisirs et emmener ma copine Carine à Gunnuhver, puis à l'endroit où se rencontrent la plaque eurasienne et américaine avant de longer la côte sud pour rejoindre Gunnuhver, puis à l'endroit où se rencontrent la plaque eurasienne et américaine avant de longer la côte sud pour rejoindre Hveragerði, histoire de me replonger dans l'univers de Sigur Rós !





--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Mise à jour 2017: le prix de l'entrée au Blue Lagoon va désormais de 45 à 250 euros. La réservation est obligatoire où vous pourriez vous voir refuser l'accès. Tous les détails ici



Poésie païenne





Björk est enfin de retour ! Son VRAI retour, j'entends.

Ces derniers albums n'étaient pas facilement accessibles, avouons-le.

N'étant pas du tout objective avec Björk - qui pour moi représente LA définition de l'artiste - je les écoutais quand-même de temps en temps, mais il me manquait cette petite note qui file la chair de cocotte.

Depuis "Medúlla", je n'étais plus aussi assidue dans mes écoutes. Je ne me suis pas pour autant complètement détournée de son univers et j'ai même pris beaucoup de plaisir à assister à son Biophilia Tour. Je me suis même demandé si cet album, Biophilia, n'était pas destiné qu'à être joué en live !? Un peu ennuyant à écouter tout seul, un pur bonheur en live !

La petite elfe a été contrainte d'avancer la sortie de son dernier album "Vulnicura", après une fuite sur le web. Je trouve ça désolant. Ca doit être terrible de voir son travail ainsi pillé. Bref, Björk est de retour pour de bon et c'est tout ce qui compte. Je n'ai écouté que les titres qu'elle a souhaité rendre publics pour l'instant, soit "Lionsong" et "Family". Je vous laisse les découvrir ici:







Alors, alors ? Personne n'entend les sanglots longs des violons islandais de l'automne qui blessent mon cœur d'une langueur monotone ? J'entends du "Jóga" dans "Lionsong", j'entends du "All Is Full Of Love" dans "Family" et qu'est-ce que c'est bon (même si ça rajeunit pas) ! Je ne sais pas ce que me réserve ses prochaines chansons mais je m'en fous tellement je suis déjà conquise par ces deux-là !

Une expo sur le petit génie musical d'Islande se tient actuellement au MoMA de New York et ce jusqu'au 07 juin. Mon passeport est périmé et la Grosse Pomme ne m'a jamais attirée : je laisse donc le plaisir à mon amie Aude, qui y sera prochainement, de me raconter cet événement exceptionnel. Elle a promis d'en faire un article pour mon blog :)





Et pour ceux qui restent en France, Björk sera en concert à Lyon le 20 juillet et le 15 août à Saint Malo.

On dirait l'Islande



Aaaah, la plage, les palmiers, la chaleur, comme c'est bon....

"T'es tombée sur la tête, Malococcyx ?" Nan, nan, je vais très bien. J'ai même fait le choix délibéré d'aller passer mon été au soleil, mais pas n'importe où, hein !

Cela fait 4 ans de suite que je pars en Scandinavie et je ne voulais pas que mes enfants se lassent des dernières contrées sauvages d'Europe. Alors pour une fois, on a changé le programme !

Comme il faut contenter tout le monde, va pour la piscine et les bains de mer garantis à 100% en août ! Mais après une expérience horrible sur la côte napolitaine (le bruit, la foule, les embouteillages), il était hors de question pour moi d'aller chercher la chaleur en Méditerranée.

A force de fouiner sur le net, à la recherche d'une destination balnéaire sans trop de transats à perte de vue, je suis tombée sur cette vidéo : The Lanzarote Effect. La magie a opéré au premier coup d'œil, parce que ces volcans et ce sable noir m'ont de suite fait penser à une île qui m'est chère...

Ma famille et moi prenons donc la direction de Lanzarote cet été, dans l'archipel espagnol des îles Canaries ! Hâte d'aller explorer une nouvelle île noire !




Göteborg + Reykjavík


Hier soir a eu lieu le concert de José González au Cabaret Sauvage, avec Ólöf Arnalds en première partie.

Si je connais bien les compositions de la Reykjavikoise pour l'avoir vue en concert cet automne, je n'ai découvert les albums du Gotembourgeois que récemment.

C'est en regardant "La Vie Rêvée de Walter Mitty" (qui se déroule en partie en Islande) que j'ai complètement craqué sur ses titres. Ce film fait la part belle aux artistes nordiques avec plusieurs chansons des Islandais d'Of Monsters And Men et des Suédois de Junip (dont le chanteur n'est autre que...José González).


Bande originale de "La Vie Rêvée De Walter Mitty" 


Je vous invite bien évidemment à découvrir ce feel-good movie et sa BO énergique qui vous donnent la patate pour des jours entiers.

Et voici donc en photos l'évènement folk qu'il ne fallait pas manquer hier (merci à Caroline de islande.is pour les clichés) :