Hibernatus



Après avoir vécu un moment inoubliable avec ma copine Carine sur le glacier Svínafellsjökull, j'ai profité de ce retour en Islande pour aller voir ce qui se passe SOUS un glacier.

J'ai cette fois pris la direction de Langjökull, le deuxième plus grand glacier du pays. Le départ se fait du terrain de camping d'Húsafell, à 65 km de Borgarnes, et uniquement en présence de guides chevronnés. Si vous pouvez vous rendre par vos propres moyens au point de ralliement, il faut obligatoirement passer par l'excursionniste Into the Glacier pour la suite du trajet.


Húsafell


Un bus classique vous amène alors au plus près de la montagne où vous grimperez à bord d'un "monster truck", qui n'est autre qu'un ancien véhicule de l'armée allemande transformé en bus tout terrain.


Monster truck 


La conduite sur glacier ne s'improvise pas. Le chauffeur nous explique que les énoooormes pneus sont gonflés et dégonflés pendant la conduite pour s'adapter au mieux aux irrégularités du terrain et à la neige qui vient se coller aux roues. C'est la première fois que je m'aventure dans les Hautes Terres et il me tarde d'y retourner l'été prochain pour les revoir plus longtemps.

Il faut un peu moins d'1 heure pour rejoindre le tunnel et un arrêt pipi est prévu au camp de base Klaki avant de s'enfoncer sous la glace. Détail qui a son importance pour les micro-vessies !

La vue qui s'offre à moi lors de cet arrêt "technique" est saisissante et la pâle lumière de l'hiver rend les couleurs sublimes. 2 corbeaux viendront parfaire le cliché. Rien à faire, je suis une fille du nooord... 💙


Langjökull 


La visibilité étant excellente ce jour-là, aucune balise GPS n'a été nécessaire au chauffeur pour retrouver l'entrée du glacier, alors que cette même excursion avait été annulée la veille, tempête oblige. L'équipe d'Into the Glacier nous précise que parfois, les conditions sont tellement extrêmes que seule l'utilisation de la balise leur permet de rejoindre le tunnel, armés de leurs pelles pour y dégager un passage. Estimons-nous heureux de ces -8 degrés et d'avoir eu le soleil jusqu'à 15h30 !


Coucher de soleil dans les Hautes Terres 


L'arrivée sur le spot est surprenante. L'entrée au glacier est de la taille d'une porte, une espèce de toile de tente épaisse et étanche. Ça n'est pas quelque chose qu'on voit tous les jours, même en Islande. À ce jour, c'est le plus grand tunnel de glace du monde creusé par l'homme !


Into the Glacier


Mon guide s'appelle Fannar, il est archéologue de formation. Je ne pouvais pas tomber sur plus islandais ! Drôle, taquin, barbu, il m'apprendra plein de choses sur Langjökull pendant cette heure passée à 40 mètres sous la glace et avec, comme tout Islandais qui se respecte, une bonne dose de dérision 😀

La température dans le glacier (ça fait toujours bizarre de dire ça) est agréable, entre 0 et 1 degré. C'est en fait une cavité artificielle d'environ 500 mètres. Elle représente à peine 0,00275% de la surface totale de Langjökull, c'est dire notre insignifiance à l'échelle de Dame Nature.

On vous fournit des crampons à adapter à vos chaussures à l'entrée alors inutile d'en acheter avant. Une fois à l'intérieur, vous avez 30 ans de formation d'un glacier devant vous. Cette ligne noire coincée dans ce mur bleu n'est autre que l'éruption de l'Eyjafjallajökull !



Fannar nous informe que le glacier bouge sans arrêt, et que sans l'action de l'homme, ce tunnel se serait déjà refermé. Et si le glacier Langjökull est l'un des seuls à avoir regagné 100 mètres malgré le réchauffement climatique, les scientifiques pensent que d'ici 5 générations, il ne restera plus rien de tout ça si les choses ne changent pas dans les prochaines années. C'est dire si je me sens privilégiée d'avoir vécu cette expérience extraordinaire.




À l'intérieur, chaque "pièce" a un attrait particulier: crevasse vue d'en haut, d'en bas, glace revenue à l'état liquide, occasionnellement chapelle ou dance-floor (!), tunnel laissé en l'état pour montrer la place qu'a repris la glace depuis l'ouverture il y a 1 an et demi (on n'y passe plus qu'à 1 personne), etc.























J'ai adoré cette excursion et vous la recommande chaleureusement ! Les gens qui gèrent le lieu sont des passionné(e)s dont le but est de rendre leurs connaissances accessibles au plus grand nombre. Cette vulgarisation scientifique devrait être prise en exemple par bon nombre d'autres organisateurs en Islande, vraiment !

À plusieurs reprises, Fannar mettra en avant le respect qu'il porte à la nature fragile de l'île et insistera bien sur le fait que l'objectif d'Into the Glacier n'est pas de s'en mettre plein les fouilles mais bien d'offrir aux gens lambda l'opportunité de vivre quelques heures dans la peau d'un chercheur. C'est une sorte de "musée éphémère" qui n'a pas vocation à durer indéfiniment. Courez-y vite ! Et si vous avez mauvaise conscience, sachez que les émissions de gaz à effet de serre sont compensées, 5000 arbres étant plantés chaque année.

Et un dernier petit conseil: l'eau vendue en bouteille en Islande provient majoritairement du glacier Langjökull. Les industriels ne font rien d'autre que la mettre en bouteille sans traitement alors qu'elle sort telle quelle du robinet. Bref, n'achetez pas d'eau en bouteille à votre arrivée ! Remplissez votre gourde au robinet...ou depuis l'intérieur du glacier quand vous y serez ! 😏